Répondre aux effets du changement climatique grâce à la recherche communautaire dans les communautés rurales d’Haïti

by Anggita Indari

Paul Edex et le membre de la communauté de Machabiel.

Cet article est également disponible en anglais.

“Le changement climatique a de graves répercussions sur notre résilience alimentaire et notre droit à un environnement sain”, a déclaré Paul Edex au début de son récit. Paul Edex est l’un des membres de la Global Advocacy Team (GAT) d’Haïti qui a mené des recherches communautaires avec le Centre de Formation pour l’entraide et le Développement Communautaire (CFEDEC) dans deux endroits en Haïti, à savoir Machabiel dans la 8ème section , Commune de Limbé, Arrondissement de Limbé dans le département du Nord et Vieux David Roy dans la 1re section , Commune de La Victoire, Arrondissement de Saint-Raphaël dans le département du Nord.

Dans de nombreuses régions du pays, les saisons se sont déplacées en raison des changements climatiques, avec l’augmentation des températures et la saison des pluies qui commence quelques mois plus tôt que d’habitude. Ces conditions conduisent finalement à des sécheresses beaucoup plus sévères pendant la saison sèche et à des pluies abondantes pendant la saison des pluies. Les communautés de Machabiel et de Vieux David Roy, qui vivent principalement de l’agriculture et de l’élevage, ont été touchées par cette catastrophe d’origine humaine. “Cela fait quatre ans. Nous pouvons voir les changements dans la façon dont les saisons varient. Des sécheresses, des ouragans, des cyclones et des épidémies se sont produits. Ils ont causé des pertes de sols et de récoltes. En outre, les ouragans et les cyclones ont bloqué les routes d’accès à de nombreuses régions, nous empêchant de distribuer tous ces produits agricoles sur le marché de la capitale et de la ville de Limbe”, a déclaré Paul Edex.

Environnement et moyens de subsistance en péril

The green landscape of Vieux David Roy, Haiti.
le paysage verdoyant du Vieux David Roy.

Machabiel et Vieux David Roy sont deux villages isolés situés dans le département du Nord d’Haïti. Machabiel se trouve sur la rive de la rivière Limbé et offre une vue imprenable sur les vallées verdoyantes qui l’entourent. Vieux David Roy, quant à lui, est un village enclavé au relief essentiellement plat. Malgré leur géographie différente, les deux villages partagent une lutte commune : les graves effets du changement climatique.

“À Vieux David Roy, à La Victoire, par exemple, la perte de la couverture végétale dans certaines zones a entraîné une baisse massive des rendements agricoles lors des ouragans”, a déclaré Paul Edex.

La couverture végétale fait référence à la végétation verte qui joue un rôle très important dans la protection de la surface du sol contre les éclaboussures des gouttes de pluie. La végétation verte qui pousse en surface participe à la prévention de l’érosion du sol. Les sécheresses sévères qui surviennent souvent dans la région de Vieux David Roy ont causé la perte de cette végétation verte. Ainsi, lors de fortes pluies et d’ouragans, les pertes de récoltes ne peuvent être évitées.

Paul Edex a également ajouté que les invasions d’insectes et les maladies des plantes ont également eu un impact sur la diminution des rendements des cultures. “D’après les résultats de la recherche communautaire que nous avons menée, certaines personnes interrogées ont signalé des insectes nuisibles tels que le mayoka, vere, tiyogan dans la culture de l’igname et des maladies végétales telles que le masey affectant les bananiers, qui sont causées par l’augmentation soudaine du temps et de la température, et liées au changement climatique.

L’augmentation de la température a un impact considérable sur les insectes. Elle accélère le métabolisme des insectes, ce qui leur permet de brûler plus d’énergie, de consommer plus de nourriture, de se développer plus rapidement, d’être plus gros et de se reproduire plus vite. L’augmentation des populations d’insectes à Machabiel et Vieux David Roy entraîne à terme une diminution du rendement des cultures.

Depuis des années, les membres de la communauté cultivent le café, la banane, la mangue et le riz à Machabiel et les haricots, les arachides, le petit mile et le maïs à Vieux David Roy. Le phénomène récurrent directement lié au changement climatique les oblige à s’adapter. Comme forme de résilience au changement climatique, les communautés de Machabiel choisissent de mettre en œuvre des cycles de culture diversifiés et complémentaires en donnant la priorité aux cultures à cycle long telles que l’igname, qui peut fournir au moins une récolte par an, et les haricots, qui fournissent jusqu’à deux récoltes par an.

Une crise profonde persiste

Le changement climatique n’est pas le seul défi auquel sont confrontées les communautés de Machabiel et de Vieux David Roy. Les catastrophes naturelles, l’instabilité politique et le taux d’inflation élevé ont mis les communautés en danger, augmentant le taux de chômage dans de nombreuses régions d’Haïti. L’exode rural massif motivé par la recherche d’une lueur d’espoir fait baisser la population, en particulier celle des générations productives. La plupart d’entre eux cherchent une vie meilleure à Port-au-Prince et immigrent même dans les pays voisins comme le Brésil, le Chili et la République dominicaine.

L’augmentation du taux de chômage et la crise économique qui se prolonge poussent la population à s’engager dans le banditisme. Depuis les années 1980, les gangs occupent des positions de pouvoir en Haïti. Tous les gouvernements précédents ont utilisé les gangs pour étendre leur pouvoir et intimider l’opposition. Ces gangs sont impliqués dans de nombreux actes criminels tels que les enlèvements et les meurtres. En 2022, 1 200 enlèvements ont été signalés, mais le chiffre réel devrait être plus élevé. En outre, 1 349 meurtres ont été recensés entre janvier et août 2022.

La normalisation de la criminalité des gangs en Haïti représente un défi important pour les personnes, en particulier les femmes et les jeunes, qui souhaitent participer librement à des initiatives communautaires. C’est un défi auquel sont confrontés de nombreux membres des communautés de Machabiel et de Vieux David Roy. “La prévalence de la violence des gangs en Haïti fait qu’il est difficile pour les membres de la communauté de se déplacer librement et de participer aux initiatives locales. Les femmes et les jeunes ont des possibilités de participation particulièrement limitées”, a déclaré Paul Edex.

En outre, la déforestation est également un défi majeur auquel sont confrontés les membres de la communauté. En pleine crise économique, la vente de bois constitue un moyen de subsistance pour de nombreuses personnes dans la région. L’absence de sources d’énergie alternatives au bois a entraîné une déforestation importante dans les régions de Machabiel et de Vieux David Roy. Il est indéniable que la déforestation dans ces régions a un effet domino, car elle est en grande partie responsable des inondations et des glissements de terrain récurrents. L’impact du changement climatique exacerbe les séquelles de la déforestation, aggravant davantage la situation.

Vision des priorités de développement collectif

Le CFEDEC a été créé en novembre 2014 par un groupe de professionnels de différents secteurs à La Victoire. L’objectif était d’établir un espace d’échange de ressources, de dialogue et de transfert de connaissances entre les membres de la communauté. “Depuis novembre 2014, la CFEDEC s’est engagée à travailler sur divers secteurs tels que l’agriculture, l’élevage, les petites et moyennes entreprises (PME) et les droits humains”, a déclaré Paul Edex.

Membres de la communauté récoltant des graines de maïs.

Depuis des années, le CFEDEC travaille avec les communautés locales pour développer le potentiel agricole en améliorant le processus de production et la commercialisation des produits finaux. L’organisation participe également à l’optimisation de la résilience alimentaire au niveau des ménages en créant des jardins communautaires pour planter des haricots et des arachides, en gérant un programme d’élevage de vaches et en établissant des banques de semences. Paul Edex ajoute que le travail de promotion des droits humains vise à soutenir la résilience économique des populations. “En outre, le CFEDEC et ses partenaires ont travaillé sur la promotion des valeurs des droits humains à travers la formation, la mobilisation et l’éducation à certaines idées vulnérables, en particulier en donnant la priorité à la participation des femmes et des jeunes au processus de changement. Nous nous engageons à mettre en place des initiatives de développement durable qui intègrent la croissance économique ainsi que la promotion des valeurs des droits humains.

Paul Edex a été directeur exécutif du CFEDEC de 2015 à 2018. En 2022, il est devenu l’un des membres du GAT d’Haïti et a collaboré avec le CFEDEC pour mener une recherche communautaire à Machabiel et à Vieux David Roy. Il explique que sa participation au GAT et à la recherche communautaire lui a permis, ainsi qu’à l’équipe du CFEDEC, de se familiariser avec différentes questions liées à la communauté. “Cette recherche nous a permis d’établir une vision commune du développement durable et de renforcer notre réseau avec les différents acteurs de la communauté, comme les autorités locales, car nous pouvons leur fournir un rapport de recherche qui résume ce qui se passe dans la communauté. Elle nous a également permis de recueillir des informations sur le changement climatique, un sujet qui ne semble pas figurer dans notre plan national.”

Au cours des réunions du GAT, chaque membre a eu l’occasion d’échanger des ressources et de s’inspirer des études de cas des autres. 8 membres de 8 pays se sont rencontrés lors de réunions interactives en ligne facilitées par l’IAP pour en apprendre davantage sur l’utilisation des outils de recherche et partager les études de cas de chacun. “Grâce à cette solidarité, nous apprenons les uns des autres et développons des stratégies pour surmonter les défis de la mise en œuvre de la recherche, en particulier sur la façon dont nous impliquons la communauté dans la recherche”, a déclaré Paul Edex.

Paul Edex et le CFEDEC ont maintenant terminé le processus de recherche. Sur la base des résultats, les membres des communautés de Machabiel et de Vieux David Roy ont souligné de manière critique leurs priorités en matière de développement, telles que la campagne d’atténuation et d’adaptation au changement climatique, la formation à l’agriculture durable et résiliente au changement climatique, le programme de reforestation et les solutions de rechange durables en matière d’énergie. Le gouvernement ayant mis l’accent sur l’investissement dans la préparation aux catastrophes et la reconstruction des infrastructures, les membres des communautés de Machabiel et de Vieux David Roy espèrent que le gouvernement fournira des mesures d’atténuation et d’adaptation au changement climatique aux communautés vulnérables touchées au sein de leur région. “Il est essentiel de considérer cette situation comme une opportunité d’intégrer l’adaptation au changement climatique dans les efforts de reconstruction”, a déclaré Paul Edex.

Cet article fait partie d’une série qui présente les histoires des 8 organisateur/rice-s communautaires de 8 pays qui font partie de l’équipe mondiale de plaidoyer de l’IAP. L’initiative Global Advocacy Team rassemble d’incroyables organisateur/rice-s communautaires du monde entier afin de mener des recherches dirigées par les communautés et mobiliser leurs communautés de manière à changer la façon dont le développement est conçu, financé et mis en œuvre. Cliquez ici pour en savoir plus sur l’équipe mondiale de plaidoyer axée sur la planification du développement par les communautés.

Le matériel de formation de l’IAP sur la recherche communautaire est disponible en 13 langues, dont le français.

--

--

International Accountability Project (IAP)

IAP is a human and environmental rights organization that works with communities, civil society and social movements to change how today’s development is done.